Santé des médecins : sur les aspects préventifs et thérapeutiques

« La santé des médecins : aspects préventifs et thérapeutiques » était le titre d’un symposium au Congrès de la DGPPN, au cours duquel le professeur Tobias Esch, professeur de soins de santé intégratifs, promotion de la santé à l’université de Witten, Herdecke et ancien élève de la Harvard Kennedy School, a parlé du bonheur et de la satisfaction de vivre dans la pratique médicale.

Santé des médecins : une pandémie de burn-out ?

Depuis quelque temps, on parle publiquement d’une pandémie de burn-out chez les médecins. Quel est le problème avec ce diagnostic flagrant ? Le professeur Tobias Esch a fait le point sur la situation et a décrit les ressources qui peuvent aider à résoudre les problèmes. Selon le moniteur de médecin, une grande majorité de médecins (80 %) sont d’accord avec la phrase « Je suis satisfait de mon travail », mais en même temps 50 % se plaignent de ne pas avoir assez de temps pour leurs patients. Environ un tiers d’entre eux disent : « je me sens épuisé par mon travail.

Selon le professeur Esch, il est important que les questions structurelles et les facteurs comportementaux personnels ne soient pas mis en concurrence. Les deux vont ensemble. On peut travailler sur ces deux aspects pour améliorer le bien-être des médecins.

Le professeur Esch a, d’abord, parlé des ressources. Le panel sociologique a demandé à 12.000 ménages : dans quelle mesure les gens en Allemagne sont-ils satisfaits de leur vie ? Les médecins généralistes sont arrivés en première position. Les thérapeutes et les psychologues sont nettement plus bas dans le classement de satisfaction. En termes de travail, les médecins de famille sont, également, en haut de l’échelle. Conclusion de l’orateur : la profession médicale est très satisfaisante.

Très efficace est la comparaison fréquente entre l’avant et l’après dans la profession médicale. Le patient cherche de l’aide et plus tard il se sentira mieux. Le médecin a l’amélioration en tête ; cela pourrait être très satisfaisant. Les facteurs de résilience sont relativement élevés chez les médecins.

Les stratégies de résilience des médecins sont multiples

La limitation du temps de travail, ainsi que la ritualisation des temps morts doivent, également, être prises en considération. Le fait de rester assis pendant de longues périodes est un facteur de risque élevé pour la santé. Même les petites choses peuvent aider ici. Des études montrent, par exemple, que le simple fait de se lever cinq minutes toutes les demi-heures renforce la résilience et les capacités de gestion du stress.

Conséquences des charges

Les conséquences graves peuvent, également, être la dépression, l’épuisement professionnel, la toxicomanie, ainsi qu’un risque accru de suicide. Le sujet est évident que ces problèmes existent, est généralement accepté, résume l’orateur.

Enfin, le professeur Esch donnera un aperçu des solutions possibles. À l’université de Witten et Herdecke, une étude a été lancée, dans le cadre de laquelle tous les médecins exerçant en cabinet privé sont interrogés pour en savoir plus sur leur santé.

Les questions sur le lieu de travail, le stress et les ressources, ainsi que les observations et les entretiens individuels ont pour but de générer des données sur lesquelles les interventions peuvent être développées. Ceux-ci devraient principalement contenir des éléments comportementaux de gestion du stress et de promotion de l’empathie. Les interventions sur le corps et l’esprit, les interventions sur la conscience, les rituels de gratitude et les sujets liés à l’organisation seront, également inclus. Ainsi, le professeur Esch souligne une fois de plus à la fin qu’il ne s’agit pas de relations ou de prévention comportementale, mais toujours de l’interaction de tous les différents facteurs.

Comment employer les majuscules dans les formules de politesse ?
Comment faire pour prédire l’avenir ?